Coworkees fait peau neuve et rejoint Freelance.com ! Lire le communiqué

Nomadisme : quand freelance rime avec liberté !

Adrien Adrien S. 29 juin 2021

Métro, boulot, dodo, très peu pour vous ? On vous comprend !

Quand on est freelance, on a la chance de pouvoir se créer un quotidien de travail qui nous ressemble. Flexibilité des horaires, du temps privé/professionnel... mais également de notre lieu de travail ! Ça tombe bien, aujourd'hui nous allons parler de digital nomadisme 🚎 !

Qu'est ce que c'est ?

Il existe différentes formes de nomadisme. Il n'y a pas de définition officielle et chacun peut l’interpréter à sa manière. Pour nous approcher de ce concept, nous pouvons dire qu'il s'agit de personnes qui décident d'exercer leur activité dans un lieu de travail qui n'est pas fixe, qui peut évoluer, être périodique, et à différentes échelles (changer de lieu de sa ville, au national, à l'étranger,...).

Nous avons demandé à nos experts des transformations du Future Of Work ce qu'ils pensaient de cette nouvelle tendance. Vous trouverez en haut de cet article la vidéo du Café Freelance dédié au sujet, qui s'est déroulé le jeudi 24 juin. Si vous préférez le format audio, le replay est également disponible sur Spotify, Google Podcast et Apple Podcast 🎧 ! Merci à tous les participants qui ont permis d'enrichir le débat grâce au Chat !

 

Cet article vous propose d'approfondir la réflexion sur le concept de digital nomade. Découvrez l'édito de Laëtitia Vitaud sur les différentes formes de Nomadisme, ainsi que les conseils de nos invités exceptionnels sur les enjeux du nomadisme : Samuel Durand et Margaux Roux.

 

Samuel Durand a voyagé à travers plus de 10 pays pour y découvrir les méthodes de fonctionnement du travail qui s'y exerçent ! De retour avec un documentaire sur le sujet, "Work in Progress", il cherche à rapporter ces nouvelles manières de considérer le travail et ces méthodologies en France. Profitez de sa vision éclairée sur le Future Of Work pour en apprendre plus sur le digital nomadisme et les possibilités qu'offre ce mode de vie !

 

Margaux Roux est adepte de la Nomad Life depuis + de 5 ans, profitez de ses nombreux conseils pour apprendre comment gérer le quotidien de digital nomade freelance ! C'est une indépendante aux multiples casquettes : Chargée de communication pour la start-up engagée Chacun Son Café, Fondatrice du collectif de freelance Le Hub Nomade et Coach pour les appétants digital nomads. Ayant refusé le statu quo du "métro-boulot-dodo", elle se définit comme une exploratrice des « futurs souhaitables ».

Le digital nomadisme a beaucoup évolué, mais aujourd'hui concrètement, qu'est ce que c'est ? Nous avons posé la question à Laëtitia Vitaud !

 

La vision moderne du digital nomadisme 🚀, par Laëtitia Vitaud

Le concept de “digital nomade” est très récent, il est apparu il y a une dizaine d'années comme une révolution. Il qualifiait alors ces travailleurs souvent freelances, libres de travailler où ils voulaient, de préférence dans un endroit paradisiaque. Ce mode de vie, très éloigné de la conception classique du travail en France, a fait rêver toute une génération d’actifs. De prime abord, il semblait réservé à une petite partie de travailleurs dans l’économie numérique, indépendants, privilégiés, célibataires, jeunes et sans attaches. Mais aujourd'hui, cette conception s'est largement transformée.

Le digital nomadisme a maintenant mille visages, il s’est largement démocratisé ! Il n'y a plus besoin d'avoir des compétences spécifiques, d'aller à l'autre bout du monde ou encore de ne pas avoir de vie de famille pour être considéré comme nomade.

D'ailleurs, la pandémie liée au Covid-19 en est bien la preuve : les quelques 30 à 40% d’actifs susceptibles de télétravailler ont profité des confinements pour prouver qu’il n ’était pas forcément nécessaire qu’ils se rendent au bureau tous les jours.

Des centaines de milliers de foyers ont profité de la période pour installer un meilleur espace de travail à domicile. Beaucoup ont déménagé en pariant sur plus de flexibilité au travail. Quant aux freelances déjà nomades, ils ont expérimenté des formes de nomadisme différentes : plutôt le Portugal que Bali, et plutôt quelques mois sur place que quelques semaines. Le slow remplace le fast, le “local” fait concurrence à l’exotique. Ce qui compte : la liberté d’organiser son travail où et quand on veut.

Laëtitia ne s'est jamais totalement identifiée au mouvement des digital nomades, malgré sa grande passion pour la liberté de travailler où et quand elle veut. Il y a plusieurs raisons : le nomadisme à l'étranger peut correspondre à emmener sa propre culture dans un autre pays, être "touriste" plutôt que voyageur et consommer des lieux exotiques au mépris des cultures locales et de l’environnement. La communauté de freelances nomades est très solidaire, mais il faut faire attention à ne pas s'enfermer dans un groupe assez fermé (il ne faut pas généraliser évidemment et les tendances évoluent rapidement). L’autre raison, c’est que relier nomadisme et vie de famille peut s'avérer complexe. Avec un conjoint et des enfants, le challenge semble d'autant plus important et la décision prend forcément une dimension familiale.

Il ne faut pas confondre l’immigration et l’expatriation. Un expatrié va rester dans sa bulle, alors qu'un immigré va planter des racines localement, se frotter à l’altérité d’une autre culture et souvent d’une autre langue. La vision de l'immigration conduit à un modèle de vie que l'on appelle le Digital Settling, dont nous allons parler plus longuement à la suite de cet article.

Attention toutefois, les digital nomades sont difficiles à rentrer dans une case, il y a autant de définitions de ce termes que de personnes qui se revendiquent comme nomades. Des nomades en famille, il y en a. Des nomades responsables et curieux des autres cultures aussi ! Entre immigrés et expatriés, il y en a pour tous les styles. Le digital nomadisme aujourd’hui, c’est surtout la revendication de la liberté au travail et un état d’esprit.

Partons à la découverte de l'une de ces digitales nomades. Depuis plus de 5 ans, Margaux Roux a décidé de vivre entre Bali et Paris et de s'affranchir des conditions de travail "classiques". Découvrons son parcours et sa vision du nomadisme.

Le déclic de devenir digital nomad 🚐, avec Margaux Roux

Comme beaucoup de freelances, Margaux s'est rapidement sentie incapable de rentrer dans le moule du salariat. Ayant commencé son expérience professionnelle “classique” dans des grands groupes, le manque d'épanouissement et les contraintes salariales l'ont fortement découragés.

Après une rupture conventionnelle, Margaux décide de faire un tour du monde de 8 mois, la concrétisation d'un des rêves de sa vie ! Parmi ces destinations, l'une d'elles retient son attention : Bali ! Ce qui la décide à devenir nomade : la liberté pour organiser son quotidien, et éviter à tout prix la "vie de bureau". En juin 2019, elle décide de créer le collectif Hub nomade, qui regroupe aujourd'hui plus de 60 nomades français à travers le monde. Son objectif : permettre aux nomades qui partagent les mêmes valeurs de se rencontrer, d'échanger, de travailler ensemble ! Les résultats, ce sont la création d'espaces de coliving, des échanges de conseils, de la transmission de clients, et plus encore.

Pour garder une trace de son parcours dans le monde du salariat, qui fait partie de la professionnelle qu'elle est devenue, Margaux a décidé de documenter sa transition professionnelle.

“Jamais de la vie je ne me résignerai comme le font tant de gens au travail”.

Elle a ainsi pu développer une offre de coaching, pour inspirer les autres à se lancer dans l'aventure du digital nomadisme ! Retrouvez d'ailleurs ses réflexions et son travail sur : https://margauxroux.fr/

 

La "différence" entre nomades et settlers

Le digital nomadisme se transforme énormément depuis 10 ans. Nous avons tous en tête l'image cliché du digital nomade au bord de la plage sous les cocotiers, mais on oublie souvent le freelance nomade qui voyage à l'intérieur même de son pays. Il ne faut pas oublier tous les formats hybrides, car chacun s'approprie sa propre version du nomadisme.

Nous pouvons faire la distinction entre deux modes de voyage : le fast-travelling et le slow-travelling. Le premier change plus régulièrement de destinations et vit son quotidien en mode "voyageur" (pas forcément de logement fixe, son bureau peut être différent chaque jour...). Le slow traveller, au contraire, va prendre le temps d'intégrer la culture du lieu qu'il investi. Il pose ses valises dans un endroit fixe et peut rester jusqu'à plusieurs années, car il a besoin d'un environnement plus stable et d'un lieu de travail régulier. Cela ne l'empêche pas d'être mobile et de passer la moitié de sa vie ailleurs !

Margaux est à la fois digitale nomade et digitale settler, elle a voyagé ces 6 derniers mois dans 3 pays différents. Il s'agit d'une question d'envie, de besoins et d'opportunités à saisir.

 

Une remise en question à cause de la pandémie 🤔 ?

On ne va pas se le cacher, le monde n’est plus le terrain de jeu qu’il était pour les nomades depuis que la pandémie est intervenue dans nos vies. Certains nomades qui avaient décidé des plans de voyage ont dû revoir leurs itinéraires en fonction des restrictions de déplacement qui se sont opérées. Il y a eu des reports, des annulations, voire des retours à une sédentarisation forcée. Revenir de digital nomade à digital settler s'est en effet imposé pour de nombreux voyageurs, qui ont posé leur bagage dans un lieu fixe, le temps de laisser passer la crise sanitaire. Les destinations se sont également transformées. On observe que les nomades vont voyager moins loin depuis la France ou la Suisse, rester en Europe plutôt que de s'expatrier à l'autre bout de la planète.

D'un autre côté, de nombreux professionnels (non-nomades) ont profité du confinement pour aller vivre ailleurs, le temps de la pandémie. Cela a déclenché chez eux une envie de voyager et de changer en profondeur leur manière de travailler. Les entreprises ont pris l'habitude de travailler en remote et utilisent plus facilement les outils de visioconférence pour échanger sur des projets. C'est une aubaine pour les freelances et les salariés qui peuvent travailler depuis n'importe où... pour peu qu'il y ait une bonne connexion internet !

 

Organiser efficacement son travail avec ses clients

Pour pouvoir être digital nomade, il faut avant tout une bonne organisation et avoir une certaine rigueur. En amont, il est nécessaire de se mettre d'accord sur les méthodes de travail avec son employeur. C'est pourquoi, dans la majorité des cas, si l'on a un client en tant que freelance, on va le prévenir que l'on est nomade.

Il vaut mieux ne pas se précipiter car le nomadisme apporte un important brouillage des repères. Il demande un temps d'adaptation. Il faut également distinguer voyage "touristique" et le voyage-travail. Le rapport au temps n'est pas le même, et l'organisation est très différente. Il faut être sûr de trouver une connexion internet stable pour pouvoir travailler dans de bonnes conditions. La préconisation de Margaux, c'est de devenir nomade petit à petit, pour apprendre à apprivoiser ce quotidien de vie assez particulier et éviter de s'engager directement à 100% dans la démarche.

Le digital nomadisme possède donc un certain nombre de contraintes qu'il ne faut pas négliger. Dans ce cas, le modèle du digital settling est il plus souple ? Nous avons posé la question à Samuel Durand.

 

Liberté et mode de vie 🔥, avec Samuel Durand

Samuel Durand nous fait part de son expérience personnelle sur son mode de vie. Il ne se considère pas comme un digital nomade mais plutôt comme un digital settler "flexible". Sa vie oscille entre workation (travailler et voyager en même temps) en ce moment au Portugal, sa vie à Lyon et son travail à Paris, sans compter les voyages pour réaliser ses documentaires partout en Europe. Ce mode de vie endiablé est contrebalancé par un besoin d'avoir des racines, un lieu de travail pour le deep work bien défini, avec des repères. Chaque année, il voyage plusieurs mois tout en conservant sa résidence principale en France.

Pour réussir ce pari de travailler partout à la fois, le rythme qu'il applique est d'être hyperactif quelques jours dans les différents lieux où il travaille, et se concentrer sur le deep work chez lui le reste du temps. Il adopte un rythme de nomade tout en conservant un lieu de vie régulier.

Ce mode de vie est plus facile à adopter pour la vie de nombreux freelances. Il permet d'avoir les avantages de voyager, de découvrir de nouveaux lieux en conservant la sécurité et le confort d'un cocon plus personnel.

 

Le nomadisme, entre image perçue et réalité

Dans son documentaire Work in Progress, Samuel a eu l'opportunité d'interviewer Lauren, salariée digitale nomade depuis plusieurs années. Très investie sur Instagram, son nomadisme est devenu sa marque de fabrique. Très suivie sur les réseaux sociaux, c'est une personne qui a besoin de voyager en permanence pour se sentir libre et elle-même.

Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que les nomades comme Lauren sont une toute petite minorité parmi les digital nomades. Le quotidien de vie a l'air incroyable et enviable, mais en réalité, il nécessite de tenir un rythme démesuré et très difficile à tenir sur du long terme. En plus, il faut une certaine base financière pour payer les voyages, ce que Lauren peut se permettre car elle est salariée d'une boîte américaine et a une grande sécurité financière. Lauren est une influenceuse, une bloggueuse, elle fait partie des digital nomades très médiatisés. Tous les digitals nomads ne sont pas dans cette catégorie, ils peuvent être une source d'inspiration importante mais c'est une catégorie de voyageurs à part entière.

Dans Work In Progress, Lauren décrit son quotidien et tous ses avantages. Mais en off, Samuel a également eu l'occasion de parler avec elle des inconvénients de ce type de vie.

Il y a 3 limites qui peuvent se confronter à la vie de digital nomade.

Tout d'abord, on peut ressentir une grande solitude qui découle du manque d'attache. La vie est faite de rencontres et de moments mais il devient plus difficile de concrétiser des projets, des amitiés.

Ensuite, chaque changement de lieu demande un temps d'adaptation. Qu'il s'agisse de comprendre les coutumes locales, la langue, le comportement de la société et le travail, il faut du temps pour assimiler toutes les différences avec notre culture personnelle. C'est d'ailleurs ce qui fait la différence entre nomades et settlers, et cette notion d'immigration VS expatriation dont parle Laëtitia dans l'édito de cet article.

Pour finir, le voyage est souvent considéré comme un moment hors du temps, une respiration et une découverte. A force d'être en voyage en permanence, la lassitude peut s'emparer des nomades. Dans ce cas, difficile de conserver son émerveillement des premiers voyages. Il y a même un phénomène d'accoutumance : on perd le goût de l'exotique et il faut aller toujours plus loin dans l'extraordinaire pour rester positif.

C'est là que le Future Of Work a un véritable rôle à jouer. Il permet de trouver des approches plus hybrides du nomadisme. On peut par exemple ralentir le rythme de son voyage, ou le faire varier. Être en voyage plusieurs mois de l'année puis se fixer sur un lieu quelques temps avant de repartir. Cela permet de garder un oeil émerveillé sur le voyage mais aussi de profiter des joies de la routine.

 

Les métiers saisonniers, précurseurs du digital nomadisme ? 

Il existe différents secteurs qui expérimentent déjà à leur manière le nomadisme et la saisonnalité d'un métier. On peut prendre l'exemple du tourisme, des activités en montagne ou à la plage, etc.

Les personnes qui travaillent dans ces conditions ont souvent un rythme variable entre travail en mi saison, temps de repos et de voyage. C'est un rythme de slasheur, forme de travail que nous avons vu récemment lors d'un précédent Café Freelance !

Certains métiers s'enrichissent aussi par le biais de nomadisme. Samuel a l'exemple d'une cheffe cuisinière qui voyage beaucoup et qui enrichit sa palette de recettes et de techniques lors de chacun de ses voyages.

Il y a beaucoup de professionnels qui ont plusieurs passions, le fait d'être nomade permet de travailler dans plusieurs contextes différents la même année, ce qui les épanouit et est très enrichissant pour eux. Le nomadisme est une force dans sa carrière professionnelle !

Les points clés à retenir 💡

  • Il y a une différence entre settlers et nomade, mais aujourd'hui tous ces concepts peuvent se confondre et surtout on peut passer de l'un à l'autre si l'on met en place la bonne organisation.
  • Ce qui caractérise le nomadisme est une hybridation de toutes ces formes
  • Des métiers sédentaires se sont nomadisés
  • Il faut garder en tête que vivre en tant que nomade

 

L'expérience de la Vanlife : vivre le nomadisme dans son camion aménagé

Lorsque l'on est digital nomade, on peut vivre au quotidien dans des lieux trés différents. Dans des espaces de coliving, des auberges de jeunesses, des hotels, chez nos connaissances, etc. Léa et Thomas ont décidé de vivre l'expérience à travers la Vanlife, en aménageant un camion pour avoir une "maison mobile" et se déplacer comme ils le veulent. À travers notre célèbre #Pitchworkees, Léa a eu le challenge de présenter en 5 minutes son quotidien de freelance de la vanlife ! Pour en apprendre plus, nous avons réalisé un article dédié à sa présentation.

Découvrez-le sans tarder pour en apprendre plus sur ce mode de vie alternatif, ses forces mais aussi ses limites 👉 https://www.coworkees.com/blog/19075/

 

Que pensez vous du nomadisme ? 

C'est la question que l'on vous a posée à l'occasion de notre Café Freelance ! Voici les données clés à retenir :

  • 72% des personnes interrogées considèrent que l'on est déjà nomade à partir du moment où l'on change régulièrement de villes au sein du même pays. Parmi eux, 20% disent même que l'on est nomade quand on change régulièrement de lieux au sein de la même ville !
  • 64% profiteraient du statut de freelance nomade pour faire la promotion de leur activité auprès de leurs clients. Être nomade peut donc vous permettre de communiquer sur vos valeurs et votre marque personnelle pour toucher vos clients !
  • 81,5% d'entre vous choisiraient de devenir digital nomade s'il en avait l'opportunité. Alors n'hésitez plus et lancez-vous !

 

Réponses aux questions du tchat

❓ Les workations, c'est top ! Mais comment faire niveau logement, quand on a déjà un logement en France ?

✅ Laëtitia Vitaud : Soit c'est un coût en plus (un peu comme des vacances), soit quand on est dans une communauté de nomades, il y a plein d'options (échange de logements), soit on propose en Airbnb son logement pendant que l'on part.

✅ Samuel Durand : Pour ma part, quand je pars seulement une semaine, mon logement reste vide et c'est un coût en plus, si c'est plus longtemps (comme cet été, deux mois) je sous-loue. Sinon comme l'a dit Laëtitia, je fais des échange de logements, airbnb, office riders

 

❓ Selon vous, peut-on négocier un 100% télétravail avec son employeur dans le cadre d'un salariat alors qu'en France les entreprises sont plus rigides (par rapport aux Etats unis par exemple) ?

✅ Laëtitia Vitaud : Le télétravail à 100% commence à se banaliser même en France ! Certains employeurs américains ne sont pas aussi souples et flexibles qu'on l'imagine. Mais au fil des mois à venir, les employeurs vont se résoudre à accepter des demandes qu'ils n'auraient pas imaginé accepter il y a quelques années... car beaucoup de gens démissionnent et démissionneront (parmi ceux qui ont des alternatives professionnelles, notamment se mettre à son compte).

✅ Samuel Durand : Je ne suis pas sûr que le rythme à 100% télétravail convienne à tout le monde, il faut le tester quelque temps déjà pour s'en assurer. Mais si c'est validé de ce côté là il n'y a aucune raison pour que l'employeur soit un frein à cette décision. On peut tout à fait négocier un 100% télétravail, même en France, tout dépend de son entreprise. Si elle refuse, il en existe des milliers d'autres qui seront ravies de compter sur vos services et sauront proposer un environnement flexible.

---

 

Le freelancing permet aux indépendants de travailler avec plus de flexibilité. Le nomadisme s'adapte particulièrement bien à ce statut, il vous permet de voyager tout en travaillant. Pour peu que vous soyez organisé et adaptable, il est tout à fait possible de devenir Digital Nomade !

On se retrouve le 26 Septembre pour notre prochaine édition. Tout ce que l'on peut vous dire, c'est que l'on vous prépare une très grosse surprise pour la rentrée ! Cela devrait vous plaire, une idée de ce que cela pourrait être ? Dites-le nous dans les commentaires 💬

 

On se retrouve sur les réseaux ?

Rejoignez la communauté des Cafés Freelance sur les réseaux pour recevoir toutes les informations en avance : le thème, les invités, les lives, et bien plus encore !

Instagram : @cafefreelance_[Nomdevotreville] et sur Coworkees

Facebook : Café Freelance by Coworkees [Nomdevotreville] et sur Coworkees

Linkedin : https://bit.ly/3we5Jq8

---

Besoin d'être accompagné dans votre quotidien de freelance ? Coworkees est là pour vous aider ! Nos Tipsworkees vous apportent les clés pour réussir votre vie d'indépendant en toute sérénité ! C'est disponible sur notre playlist Youtube : https://bit.ly/3h1Qsn6

L'équipe Coworkees