Coworkees fait peau neuve et rejoint Freelance.com ! Lire le communiqué
Caroline L À partir de 600 CHF /jour
Créez votre compte en quelques clics pour en savoir plus sur Caroline L

Caroline L

Consultant en communication

Genève
Tarif indicatif
À partir de 600 CHF / jour
Disponible
Métiers & compétences
Métiers
Consultant en communication Sénior
Concepteur - rédacteur Sénior
Traducteur Sénior
Voir les 2 métiers supplémentaires
Compétences
Traduction Relecture Copywriting redaction communication Evènementiel rapports annuels Présentations Communication Stratégique Stakeholder engagement Websites
Logiciels
Caroline n’a pas renseigné de logiciels
Langues
français Capacité professionnelle limitée
anglais Capacité professionnelle limitée
Expérience dans les secteurs
public health, mental health, seniors / elderly care légal arts & crafts agriculture, food and beverage
Expériences professionnelles
Créez votre profil pour découvrir toutes les expériences professionnelles de Caroline.
J’ai déjà un compte
Formation
Créez votre profil pour découvrir les formations de Caroline.
J’ai déjà un compte
0 recommandation
Réalisations
De l’espoir à revendre : l’entreprise sociale, la camaraderie et les personnes âgées Après avoir décidé de faire du bénévolat chez NOAH, un centre pour seniors d’élu Cap en Afrique du Sud, j’ai été saisie d’appréhension. Certes, écouter des personnes âgées raconter leurs histoires de vie a toujours été un vrai plaisir mais je n’ai jamais été très à l’aise dans les maisons de retraite que je connais. J’y ai souvent perçu une sorte de mélancolie presque immobile, aux antipodes de la joie de vivre de certains résidents. Mais en poussant la porte de NOAH, la puissante voix de baryton et  l’interprétation enjouée d’un air d’opéra qui s’échappaient de l’une des chambres m’ont laissée sans voix. Un peu plus loin, un groupe de résidents terminait leur séance de sport quotidienne par un classique du gospel. Dans la salle commune, un autre groupe mettait en place l’espace de fabrication de bougies tandis que, machines à coudre et patrons prêts à l’emploi, un trio de couturières commençait à trier des sacs entiers de tissus colorés. Je suis restée déconcertée sur le pas de la porte, me demandant comment je pourrais rendre service à cette communauté bourdonnante d’activité et de rires. Pourtant quelques minutes plus tard, je discutais allègrement avec mes compagnes, ciseaux à la main, découpant de longues bandes de tissu blanc destinées à rembourrer des coussins. Je suis émerveillée par le pouvoir et l’impact du togetherness, de l’esprit de communauté. L’excellent rapport de Promotion Santé Suisse, Santé et qualité de vie des personnes âgées, démontre les bénéfices des activités sociales sur la santé physique et mentale des personnes âgées. Le rapport fait notamment référence à l’analyse de Kessler et al., Gesundheitsförderung im Alter, qui souligne le rôle essentiel de l’intégration sociale et de l’autonomie pour la santé des seniors. En un mot, les personnes âgées actives restent souvent en bonne santé plus longtemps. La promotion de la santé des personnes âgées a également des bénéfices économiques évidents. L’Organisation Mondiale de la Santé rappelle que le vieillissement de la population est bien plus rapide que dans le passé et que tous les pays doivent relever des défis majeurs pour préparer leurs systèmes sociaux et de santé à tirer le meilleur parti de cette mutation démographique. Que l’on se trouve en Suisse ou en Afrique du Sud, nous devrions tous nous demander comment nous pouvons anticiper ces questions. Selon l’Office Fédéral des Statistiques, 26,4% de la population suisse aura plus de 65 ans en 2045, un chiffre en nette augmentation par rapport à 17,8% en 2010 et pouvant entraîner une hausse abrupte des coûts de santé. Il serait donc bien utile de mettre en place les bonnes mesures pour encourager un vieillissement en bonne santé et le plus indépendant possible afin d’atténuer cette augmentation des coûts. D’où une question simple, que pouvons-nous faire ? Est-il possible de promouvoir ou garantir le healthy ageing dans des régions aux revenus extrêmement variables ? Probablement, pas à pas. Retournons en Afrique du Sud un moment. NOAH a pour vision une vie active et indépendante pour tous les personnes âgées touchant une retraite minimum, grâce aux principes de participation, opportunité et raison d’être. La bataille est certes loin d’être gagnée. Ces retraités touchent du gouvernement provincial 1,780 Rand par mois, soit 120 francs suisses ou dollars. C’est peu. C’est encore moins lorsque l’on voit que le loyer moyen d’un deux-pièces est supérieur à 9,000 Rand. Ajoutons à cela les charges, l’alimentation, le transport et autres dépenses fixes. Ce simple calcul suffirait à faire frémir les âmes les plus solides. Beaucoup d’entre nous seraient désespérés ; les membres de NOAH ont de l’espoir à revendre.  En plus de logements partagés à loyer modéré, l’organisation propose une offre médicale quasi gratuite, un large éventail de loisirs créatifs et culturels ainsi que de nombreux programmes de bien-être et de soutien. Enfin et surtout, grâce à un programme de Développement d’Entreprises Sociales (SED), NOAH anéantit joyeusement les tendances anti-âge et apporte la preuve concrète que les personnes âgées peuvent contribuer à l’économie. L’initiative SED compte déjà 34 membres et ce n’est qu’un début. Les participants peuvent prendre part à la fabrication de bougies ou de savons, la préparation de plats à emporter et de produits de boulangerie, la vente de vêtements d’occasion et plus encore. C’est une initiative parfaitement en accord avec les trois piliers du développement durable : le pilier économique par la création de revenus complémentaires ; le pilier social par un esprit de collaboration et de contribution à la communauté ; et le pilier environnemental grâce à une réduction des déchets et le recyclage. J’admire la ténacité de ces gens. Confrontés à une société quasi impénétrable pour les plus de 60 ans, ils se contentent de sourire poliment et continuent leur travaux de couture et la préparation d’assortiments de savons dans de jolies pochettes tricotées. Malgré tout, ma première impression n’était pas la bonne. A première vue, il m’a semblé que le seul but des participants était d’obtenir un revenu supplémentaire et avec raison ! Bien qu’il soit un peu décourageant que des retraités aient à se remettre au travail pour joindre les deux bouts, voici une excellente initiative pour pouvoir améliorer leurs revenus. J’avais tort et j’en suis ravie. Ces gens adorent ce qu’ils font et surtout, ils en sont fiers.  Ils sentent valorisés et en contrôle. Ils retrouvent un but et du sens, vetkoek par vetkoek. La salle commune résonne de rires et gloussements toute la journée. Les participants à la séance de sport matinale dégagent une énergie qui me laisse pantoise. La communauté de Woodstock prend régulièrement d’assaut le magasin de produits d’occasion et le stand de plats à emporter. L’initiative SED réunit la communauté autour d’un objectif commun, renforce la camaraderie et fait rempart contre l’isolement des seniors. Tout le monde y gagne. Alors comment peut-on propager ces idées ? Que pouvons-nous faire pour consolider ces programmes et faire en sorte que le bien-être et la santé des personnes âgées restent une priorité ? La compagnie, le sens et le bien-être vont de pair ; grâce à des opportunités concrètes et une meilleure intégration sociale, les personnes âgées peuvent garder le contrôle de leur vie plus longtemps et profiter de chaque jour. L’entreprise sociale et le senior entrepreneurship devraient être au cœur de tous les programmes pour seniors. Lors de votre prochaine visite au Cap, passez par le stand de plats à emporter de NOAH et testez les vetkoek. Vous ne serez pas déçus.#seniors #healthyageing #bienvieillir #personnesagees
SFC Services website
NOAH Annual Report
Qui suis-je ?
Test de personnalité
Créez votre profil pour découvrir Caroline.
J’ai déjà un compte