Coworkees fait peau neuve et rejoint Freelance.com ! Lire le communiqué
ANNE M À partir de 900 € /jour
Créez votre compte en quelques clics pour en savoir plus sur ANNE M

ANNE M

Consultant en stratégie

Lyon
Tarif indicatif
À partir de 900 € / jour
Disponible
Métiers & compétences
Métiers
Consultant en stratégie Sénior
Compétences
Stratégie Développement Durable Plan d'actions RSE Responsabilité territoriale des entreprises Diagnostic écosystème de l'entreprise Analyse et interrrogation des parties prenantes (matrice de matérialités)
Logiciels
ANNE n’a pas renseigné de logiciels
Langues
anglais Capacité professionnelle limitée
allemand Capacité professionnelle limitée
Expérience dans les secteurs
agriculture, vin, agroalimentaire, plasturgie, composites,
Expériences professionnelles
Créez votre profil pour découvrir toutes les expériences professionnelles de ANNE.
J’ai déjà un compte
Formation
Créez votre profil pour découvrir les formations de ANNE.
J’ai déjà un compte
0 recommandation
Réalisations
AVEC LA RAISON D’ETRE, L’ENTREPRISE S’ANIME DE SENS Avec la Loi Pacte et la Raison d’Etre, l’entreprise se dote d’un « supplément d’âme » et met le cap sur un avenir soutenable.La raison d’être, inscrite dans les statuts, constitue un engagement juridique avec une description des buts visés par l’entreprise, parfois objectivés. En cela, le Code Civil exige que l’entreprise y affecte des moyens car il s’agit d’un engagement et non d’une déclaration d’intention. Les objectifs ont donc tout intérêt à être de type qualitatifs et pérennes de façon à ne pas entraîner de modifications de statuts. Les indicateurs de suivi, quantitatifs devront être extrastatutaires.Mais pour être efficace, la raison d’être doit être un outil de pilotage stratégique, en liant la Génèse de l’entreprise, avec un patrimoine à préserver, et un devenir suffisamment inspirant car tourné vers une recherche d’innovation durable. La raison d’être incarne ainsi le lien de temporalité entre le passé, le court, le moyen et le long terme avec la volonté de co-construire avec les parties prenantes un avenir commun à partir d’intérêts parfois divergents au départ. Elle se doit d’être pertinente et ambitieuse. Pertinente car elle décrit l’utilité sociale de l’entreprise en rapport avec son activité, ses savoirs, son secteur, des futurs biens et services. Ambitieuse, car elle s’appuie sur des engagements, des promesses faites aux parties prenantes. Elle questionne forcément la stratégie de l’entreprise en la projetant dans un monde nouveau. Elle doit être structurante, en donnant à la fois un cap et un cadre d’action à l’entreprise, et surtout impactante en conformant l’ensemble des éléments de sa chaîne de valeur jusqu’à la répartition de ses bénéfices. Les TPE et PME sous-traitantes, par le biais de leurs donneurs d’ordres sont également concernées (questionnaires RSE, signature de clauses RSE dans les contrats, audits RSE, etc.). Adopter dès à présent une raison d’être, c’est se montrer à l’écoute de ses parties prenantes, dont les attentes convergent vers un nouveau modèle d’entreprise respectant à la fois l’environnement et la société, et peut-être même les guider vers de nouveaux modes de consommation à travers des solutions innovantes.C’est aussi un facteur de différenciation, alors même que les enjeux sociaux et environnementaux en intégrant le champ réglementaire ne permettent plus de se distinguer. Il ne s’agit pas en effet d’une simple mise en conformité.En fixant des objectifs autres que quantitatifs et forcément court-termistes (parts de marché, niveaux de profits, taux de croissance), la raison d’être constitue un bouclier contre les investisseurs centrés sur la maximisation du profit en se fondant sur l’incompatibilité existentielle avec un engagement statutaire. D’un autre côté, les acteurs de la finance verte scrutent les engagements RSE.« Plus l’entreprise donne du sens à son activité, plus elle crée de la valeur » (Etude IFOP septembre 2019). La raison d’être incarne l’humanité de l’entreprise et donc sa marque employeur. Elle répond à la quête de sens des salariés qui veulent comprendre ou connaître la finalité de leur travail. L’engagement et la motivation des salariés seront d’autant plus grands s’ils ont été associés à la démarche de réflexion et ont contribué au plan d’action RSE.Dès lors dans les années à venir, plutôt que d’énoncer les motivations à définir une raison d’être, il s’agira davantage de justifier le choix de s’en être abstenu. Pour l’heure, l’exercice de la raison d’être n’est pas sans incidence. Les éventuels renoncements constituent même la preuve à la fois de l’efficacité et de la sincérité de la démarche et ouvrent la voie vers de nouveaux modèles économiques sources de croissance durable.
ODD, RSE et croissance durable La décennie précédente a été marquée par le changement, subi ou volontaire, avec pour corolaire le début d’une période à durée indéterminée de transitions dans tous les domaines : transition numérique, transition énergétique, transition écologique, transition agricole et alimentaire, etc.Les consommateurs français affichent leur volonté d’adapter leur mode de vie en favorisant des habitudes de consommation moins impactantes (enquête BEI/BVA en 2019 sur la perception du changement climatique et ses effets sur la vie des citoyens de l’Union Européenne). 90% des français affirment être prêts à ne plus acheter de denrées alimentaires non locales, 78% vouloir moins prendre l’avion, 94% acheter moins de plastique.2020, ANNEE DE L’ENGAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ET SOCIETALLes marques font face à une crise de confiance des consommateurs à laquelle elles devront répondre par la démonstration d’un engagement fort sur les valeurs sociales, sociétales et environnementales. Elles ne peuvent plus se cacher derrière leurs produits et devront s’humaniser en dévoilant leur raison d’être, leur éthique et prouver leur contribution réelle en répondant à un besoin. Les marques de luxe ouvrent la voie et recrutent pour booster leur stratégie développement durable et muscler leurs actions RSE.Quel que soit le secteur d’activité, production de biens ou de services, l’approche est résolument « people ou user centric ». On évoque aussi de plus en plus souvent l’économie de la fonctionnalité comme opportunité de croissance vertueuse. INTEGRER LE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS SA STRATEGIEChangement de paradigme, approche holistique, analyse systémique, la révolution est en marche. Face à ces transformations, l’être humain, comme les milieux naturels, se doit d’être agile et résilient. Les entreprises doivent se préparer à faire évoluer leur modèle économique. La transformation des modèles de sociétés par la sobriété carbone est évoquée dans la feuille de route de la France concernant les Objectifs de Développement Durable (ODD) inclus dans l’agenda de l’ONU 2030.Pour tous ces changements, il ne suffit pas de s’équiper (logiciel, intelligence artificielle, big data, etc.) mais bien de se transformer en étant perméable et à l’écoute de son environnement. On touche là à un enjeu vital, celui de profiter de l’enjeu du développement durable pour faire évoluer sa stratégie et son organisation, en pleine conscience de son écosystème propre avec lequel l’écoute et le dialogue génèreront des innovations pleines de sens et vertueuses parce que construites ensemble.UNE VISION INTEGREE ET NON COMPARTIMENTEEEn observant avec attention son environnement, en analysant les interrelations entre les différentes parties prenantes et en dépassant les frontières de son propre secteur d’activité. Les échanges avec d’autres écosystèmes inspirent le changement qui devient alors un réflexe d’adaptation à la fois naturel et positif. En cela, il convient de souligner la puissance transformationnelle de l’agenda de l’ONU 2030 qui grâce à une approche systémique à la fois sociale, économique et environnementale, se déploie à une échelle internationale avec des échelons éminemment locaux.LE POUVOIR DE L'ACTIONUne vision c’est voir les choses non comme elles sont mais comme elles devraient être, mais une vision ne reste qu’une idée comme une autre tant qu’elle n’a pas été traduite en action. Alors maintenant Action ! Et comme on se transforme rarement seul, faites- vous accompagner, pensez également à jouer collectif et local notamment sur le sujet de l’utilisation de biens communs comme les énergies naturelles.
LA RSE ENJEU DE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL L’atteinte des objectifs de développement durable est une démarche résolument collective dans laquelle les entreprises jouent un rôle essentiel. Dans ce contexte, la stratégie doit être construite dans le dialogue avec les parties prenantes et aborder la dimension d’acteur local responsable.Dans cette période de transformation et de transition, la « proximité » est une valeur porteuse de sens et une attente forte de l’ensemble des acteurs. Contribuer à la préservation et au développement de son territoire, plutôt que d’en consommer seulement les ressources, tel est l’ambition de la RSE, en conciliant les contraintes concurrentielles avec le projet territorial et non l’inverse. L’entreprise aujourd’hui évolue dans un univers complexe, avec des parties prenantes internes et externes avec des intérêts parfois contradictoires, et en partenariat avec différents acteurs (organismes publiques, associations, ONG, fournisseurs, syndicats, riverains, etc.) et types de projets. Il convient alors de se poser deux questions : Comment mon entreprise et son action économique, sociale et environnementale s’articule avec l’action publique locale ? Quelle est sa contribution au-delà de son activité économique à la vie des résidents de son territoire ?Dans cette démarche nécessairement proactive, l’entreprise se doit de connaître et assumer ses externalités positives (compétences, projets, etc.) comme négatives (pollution, épuisement des ressources, etc.). Les habitants deviennent la clé́ de voûte de l’acceptabilité́ des activités de l’entreprise et le point d’ancrage de celle-ci. Les projets RSE ainsi co-construits génèrent de la valeur partagée, de la pérennité et du développement.
Qui suis-je ?
Test de personnalité
Créez votre profil pour découvrir ANNE.
J’ai déjà un compte