Hacker Éthique freelance

UX Designer, Développeur full-stack…

Le Hacker Éthique assure la protection des systèmes d’information des entreprises et des organisations. Expert en cybersécurité, il intervient contre les menaces de piratage informatique. Le hacker éthique est aujourd’hui devenu un acteur indispensable à la sécurité des entreprises.

Qui sont les Hackers Éthiques inscrits sur Freelance.com ?
32 ans d’âge moyen
5 ans d’exp. en moyenne
Taux journalier moyen d’un Hacker Éthique freelance
Junior 113 €
Intermédiaire 295 €
Découvrez la plateforme freelance.com afin de recruter vos nouveaux talents

Quelles sont les compétences que doit maitriser un Hacker Éthique ?

Pour exercer le métier de Hacker Éthique, il est nécessaire de disposer d’excellentes compétences en informatique, mais aussi de très bonnes connaissances en matière de cybersécurité. Ce professionnel qualifié recherche en effet les faiblesses et les failles des systèmes informatiques des entreprises.

Il doit donc être capable de :

  • comprendre parfaitement les menaces de cybersécurité ;
  • utiliser en toute sécurité des sources ouvertes ;
  • de créer et d’implémenter des plans de veille pour des secteurs définis ;
  • détecter, qualifier et analyser les informations pertinentes.

Le Hacker Éthique maîtrise également l’ensemble du droit et des réglementations concernant la cybersécurité. Et pour s’introduire légalement dans les réseaux informatiques, il doit obligatoirement respecter un code de conduite strict.

Avant d’intervenir pour vérifier la sécurité de tout système informatique, il devra en outre se soumettre à une procédure très encadrée pour obtenir une accréditation. Il s’agit de la certification HEC (ou CEH, Certified Ethical Hacker) qui permet à l’entreprise qui l'emploie de s’assurer que le hacker satisfait aux normes en vigueur pour exercer son métier.

Quelles sont les qualités d’un Hacker Éthique freelance ?

Bienveillant, le Hacker Éthique recherche les failles informatiques des entreprises pour lutter contre le piratage. Le travail de ce gentil pirate consiste à traquer les fragilités du système d’information pour améliorer et garantir sa sécurité.

Certes, le Hacker Éthique dispose de connaissances techniques des systèmes informatiques et d’une capacité à traiter les données des organisations qui font appel à ses services. Mais, il doit aussi faire preuve d’un certain nombre de qualités humaines.

Véritables atouts, ces softs skills sont indispensables à l’exercice de ce métier :

  • faire preuve d’éthique et toujours rester dans le cadre de la légalité ;
  • posséder un sens aigu de la curiosité ;
  • se montrer dynamique, réactif et créatif ;
  • respecter une totale confidentialité concernant son client ;
  • apprécier le travail en équipe ;
  • avoir le goût du défi et résister à la pression.

Dans quel projet intervient un Hacker Éthique freelance ?

Le Hacker Éthique intervient sur différents types de projets. Il peut se voir chargé de missions de nature différente.

Identifier les failles de sécurité

Pour se protéger des risques d’attaque, il est recommandé de respecter les normes et les protocoles prévus selon les secteurs. Sans cela, il sera aisé de pénétrer au sein d’un système informatique pour y dérober par exemple des données sensibles ou stratégiques.

Pour empêcher toute intrusion, le Hacker Éthique doit donc :

  • chiffrer correctement les fichiers ;
  • configurer correctement les applications web ;
  • utiliser des appareils sécurisés ;
  • choisir des mots de passe forts et les changer régulièrement.

Cartographier les réseaux pour détecter les points de vulnérabilité

Avant d’installer un programme de veille destiné à prévenir toute tentative d’intrusion, le Hacker Éthique procède à une exploration des vulnérabilités du système informatique de son client. Avec une numérisation interne, il s’agit de localiser les points de fragilité qu’un cybercriminel pourrait exploiter pour pénétrer un réseau. La numérisation externe permet de vérifier si un système informatique est exposé à des applications directement accessibles depuis Internet.

Protéger les données sensibles

Les coordonnées bancaires, les mots de passe et les informations personnelles relatives aux clients constituent ce que l’on appelle les données sensibles d’une entreprise. Il est donc primordial de les protéger. Sans cela, le compte en banque de l’entreprise risque d’être piraté et dévalisé, sans parler du risque de violation des données personnelles de ses clients qui l’expose à des poursuites de leur part pour non-respect de la vie privée.

C’est dans ce but que le professionnel de la sécurité informatique procède à des tests d’intrusion qui permettent de repérer les brèches.

Il existe différents moyens pour les entreprises de se protéger, notamment grâce aux certificats SSL/TLS.

Vérifier les failles d’authentification

De nombreuses vulnérabilités résultent des failles d’authentification. C’est pourquoi le Hacker Éthique est amené à vérifier la gestion des systèmes d’authentification et à proposer une série de recommandations destinées à protéger l’entreprise.

Quels sont les outils d’un Hacker Éthique ?

Il recourt aux mêmes connaissances et outils que les Hackers malveillants. En réalité, le Hacker bienveillant recourt aux mêmes outils que le Hacker malveillant. C’est ainsi qu’il parviendra à repérer et à identifier les failles et fragilités du système en cours d’évaluation. Il les utilise en revanche de façon légale pour tester la sécurité d’un système informatique.

Le test de pénétration

Parmi ses outils, le professionnel de la sécurité se sert de ce que l’on appelle un test de pénétration. Il s’agit d’un processus qui permet à un Hacker Éthique de simuler une attaque sur un réseau informatique. Il le fait bien sûr dans le cadre d’un contrat passé avec le propriétaire du système d’information.

À la différence du Hacker malveillant, le Hacker Éthique ne va exploiter aucune des informations recueillies pour faire du chantage et gagner ainsi de l’argent. Il va se contenter de transmettre à son client les résultats de ses tests pour que ce dernier mette en place une sécurité renforcée. Ainsi, le système informatique sera en mesure de résister aux attaques cybernétiques de personnes mal intentionnées.

Le fonctionnement du test d’intrusion

Le test d’intrusion se comporte comme une réelle tentative d’intrusion. L’objectif consiste à entrer dans le système pour en prendre le contrôle et pour accéder à des données protégées. Il est donc très important de délimiter le domaine couvert par le test avant son lancement.

Il existe plusieurs genres de tests de pénétration :

  • le test d’intrusion externe ;
  • le test d’intrusion interne ;
  • le test en aveugle ;
  • le test en double aveugle ;
  • le test ciblé.

Pour qui travaille un Hacker Éthique ?

De taille importante, les entreprises faisant appel aux services d’un hacker éthique sont souvent amenées à gérer des données sensibles.

Elles travaillent souvent dans les secteurs :

  • de la défense ;
  • des éditeurs de services informatiques ;
  • de l’industrie de pointe ;
  • de la banque ;
  • des assurances ;
  • des services publics ;
  • du numérique.

Selon l’ANSSI (Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information), les cyberattaques ont été multipliées par quatre en 2020, il n’est donc pas étonnant que le métier de Hacker Éthique ait le vent en poupe.

Comment se former au métier de Hacker Éthique ?

Pour exercer ce métier, il est bien sûr indispensable d’avoir un excellent niveau en informatique. Il est également recommandé d’avoir suivi une spécialisation en cybersécurité.

Un niveau d’études Bac +3, voire Bac +5 est fortement requis. Il est possible de s’inscrire à différents types de cursus au sein d’une l’université, en école d’ingénieurs ou au sein d’une école spécialisée en cybersécurité.

Un certain nombre de diplômes et de certifications préparent à ce métier qui manque encore de reconnaissance au sein des entreprises :

  • diplôme d’ingénieur de l’EPITA (Majeure SRS — Systèmes, réseaux et sécurité) ;
  • licence professionnelle CDAISI (CyberDéfense, Anti-Intrusion des Systèmes d’Information), IUT de Valenciennes ;
  • MSc CyberSécurité et Management, Paris School of Business PSB ;
  • Mastère Network & Security Manager, Efrei paris, école d’ingénieur généraliste du numérique ;
  • certification HEC (Certified Ethical Hacker) ;
  • certification OCSP (Offensive Security Certified Professional).

Comment choisir un Hacker Éthique freelance ?

Étant donné la nature de ses missions, il est primordial pour une entreprise de bien choisir le Hacker Éthique qui va intervenir sur son réseau d’information. En effet, ce professionnel de la sécurité informatique aura accès à des données sensibles et confidentielles.

Pour faire le bon choix, il faut plutôt faire appel à un Hacker formé et diplômé. En outre, il est préférable de toujours demander une certification HEC, accréditation qui garantit que le Hacker satisfait bien à l’ensemble des normes de cette profession et qu’il exerce son métier dans le strict respect de la légalité.

Il faut aussi penser à lui faire signer une clause de confidentialité et à veiller à ce qu’il efface bien toute trace des tests de vulnérabilité pour éviter toute exploitation malveillante. Enfin, il convient de bien vérifier qu’il communique toutes les données concernant le chemin d’attaque qu’il aura suivi pour pénétrer et pirater le système d’information.

À présent muni de toutes les informations nécessaires sur le Hacking Éthique, il ne reste plus qu’à choisir le freelance adéquat !