Risk Manager freelance

UX Designer, Développeur full-stack…

Le métier de Risk Manager comporte de multiples facettes. Financier, juriste, manager, négociateur, ingénieur, il est responsable de la gestion des risques encourus par l’entreprise qui l’emploie. Il conseille donc directement la direction sur les décisions qu’elle doit prendre dans des domaines variés, comme les questions juridiques, les choix d’investissement ou encore la prévention des dangers.

Pour mener à bien sa mission, le Manager de Risques mène une analyse pointue de l’environnement de l’entreprise, de la concurrence et de ses résultats financiers. Il ne laisse rien au hasard et imagine différents scénarios pour minimiser les incertitudes des sociétés. Compétences, carrière et outils, voici tout ce qu’il faut savoir sur le métier de Risk Manager.

Qui sont les Risk Managers inscrits sur Freelance.com ?
32 ans d’âge moyen
5 ans d’exp. en moyenne
Taux journalier moyen d’un Risk Manager freelance
Junior 267 €
Intermédiaire 862 €
Confirmé 482 €
Découvrez la plateforme freelance.com afin de recruter vos nouveaux talents

Quelles sont les compétences que doit maîtriser un Risk Manager ?

En véritable gestionnaire de projet, le Risk Manager informe l’entreprise sur les dangers encourus et travaille à les réduire. Il doit donc posséder de solides compétences en matière de produits financiers et de comptabilité, ainsi que des connaissances accrues dans des domaines variés comme l’économie, la cybersécurité ou encore l’environnement. Il connaît le droit et il est aussi parfaitement à l’aise avec l’outil informatique.

Curieux et adaptable, il a l’esprit en éveil. Ses sens de l’analyse et de la synthèse sont élevés au rang de l’excellence, pour apporter une expertise fiable et complète. Il connaît intimement l’univers de l’entreprise et il reste objectif en toutes circonstances. Faisant preuve d’une impartialité absolue, il est aussi minutieux, précis et rigoureux. Il reste continuellement informé des changements de législation, ainsi que de l’évolution des marchés.

Dans un métier où il est nécessaire d’anticiper et de s’interroger, cet expert est capable de penser de manière transversale. Il appréhende les activités techniques en management du risque, comme l’aspect « business » de sa fonction. Il est aussi capable d’affirmer sa vision et de convaincre ses partenaires du bien-fondé des solutions opérationnelles qu’il recommande. Sur le terrain, on lui reconnaît sa faculté à communiquer et son esprit pédagogue.

Quelles sont les qualités d’un Risk Manager freelance ?

Le Risk Manager possède de nombreuses qualités. Son expression est irréprochable, tant à l’écrit qu’à l’oral. Son aisance à s’exprimer facilite en effet la négociation et l’échange d’informations avec ses partenaires.

Il a aussi un grand sens des procédures et un esprit ouvert pour pouvoir identifier les risques efficacement et proposer des solutions opérationnelles. Non dénué de sens du contact, il agit sur le terrain et il est en mesure d’animer son équipe au sein de l’entreprise. La maîtrise de l’anglais n’est pas obligatoire, mais elle est fortement appréciée, notamment dans de grands groupes et des firmes internationales.

Dans quel projet intervient un Risk Manager freelance ?

Le Risk Manager intervient dans tous les domaines liés à la gestion des risques. Il est en effet capable d’analyser l’ensemble des dangers qui menacent les opérations d’une entreprise, quel que soit son secteur d’activité.

Les modèles de risques appréhendés par le Risk Manager

Les dangers auxquels l’entreprise est confrontée peuvent être de nature diverse. Ils sont généralement catégorisés en 3 modèles récurrents :

  • Les risques stratégiques, qui sont essentiellement internes à la société. Ils portent directement atteinte à sa capacité à mettre en œuvre sa politique interne, ses plans d’intervention et ses activités globales. Ce type de danger est souvent lié à des problèmes de gouvernance au sens large, comme l’organisation, la définition et l’établissement de la stratégie d’entreprise.
  • Les risques opérationnels, qui peuvent être d’ordre commercial, industriel, informatique, juridique ou financier. Ils peuvent résulter de problèmes de qualité et de conformité de leurs produits, ou de difficultés en ressources humaines avec les salariés. Quelle que soit leur nature, ils découlent de dysfonctionnements dans la gestion interne à la société et peuvent avoir des répercussions importantes sur ses profits d’exploitation.
  • Les risques environnementaux, qui apparaissent lorsque les changements institutionnels, la composition du marché et l’environnement naturel ont une influence sur l’activité et les résultats de l’entreprise. Cette influence externe impose une analyse et une anticipation constante. À titre d’exemple, les impacts du réchauffement climatique peuvent être analysés pour évaluer les risques financiers encourus suite à une catastrophe naturelle.

Les missions de base du Risk Manager en entreprise

Le management du risque s’organise autour de missions très diversifiées :

  • le repérage des défaillances et des fragilités d’une entreprise ;
  • l’analyse et l’évaluation des risques encourus ;
  • l’estimation de la criticité des risques selon leur gravité et leur probabilité ;
  • l’évaluation des répercussions financières en cas de sinistre ;
  • la prévision de plans de sortie de crise ;
  • la proposition et la mise en place de mesures préventives ;
  • la définition du besoin en assurances et en garanties à souscrire ;
  • la sélection des compagnies d’assurance et la négociation contractuelle avec ces organismes ;
  • l’anticipation des dangers à partir du Big Data, des données sensibles de l’entreprise, de son environnement et de ses innovations internes ;
  • la formation du personnel sur les questions de sécurité et les systèmes de prévention.

Quels sont les outils d’un Risk manager ?

Le management des risques se base sur un ensemble d’outils de gestion que le professionnel peut appliquer selon les particularités et le projet global de l’entreprise :

  • l’ERM, ou Enterprise Risk Management, est un ensemble de processus et de méthodes qui servent à l’identification, à l’analyse, à l’élaboration de solutions et à la surveillance des risques, en se basant sur l’environnement interne et externe de la société ;
  • l’AMDEC, ou Analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Criticité, est une méthode préventive d’identification des risques et de leurs conséquences. Elle permet d’organiser ces menaces et de leur apporter des solutions opérationnelles ;
  • l’HAZOP, ou HAZard and OPerability studies, est une méthodologie systémique et mi-empirique d’identification des risques. Cet outil est utilisé par de nombreuses industries « à risque » (nucléaire, chimique, pétrochimique, alimentaire, transports, etc.) à l’échelle mondiale, pour mettre en évidence les problèmes de sécurité et d’exploitabilité des installations.

Pour qui travaille un Risk Manager freelance ?

Le métier de Manager de Risques est assez récent et assez peu connu, particulièrement en France. Les grandes institutions bancaires, les établissements financiers et les grands groupes internationaux sont leurs premiers pourvoyeurs d’emploi. Cependant, la profession se développe rapidement et les organismes publics comme les PME commencent à s’y intéresser de près.

Les entreprises de taille modeste ou moyenne ne peuvent généralement pas salarier un Risk manager en interne. Pour ces sociétés, la solution consiste alors à faire appel à un consultant en management des risques freelance, pour réaliser des audits, du consulting ou des missions précises à durées variables.

Comment se former au métier de Risk Manager ?

Le Risk Manager est un expert financier. Titulaire au minimum d’un Bac +5, il a suivi un cursus de formation particulièrement exigeant pour être en mesure d’exercer cette profession à forte responsabilité. À l’université, il peut se tourner vers un master orienté économie ou finance et centré sur la gestion, la gouvernance ou l’ingénierie des risques.

Au niveau Bac +6, certains masters ultras spécialisés et autres MBA sont proposés par des écoles d’ingénieur ou de commerce, voire des établissements supérieurs privés spécialisés dans la finance et les assurances. Les parcours les plus populaires proviennent des Arts et Métiers Paris Tech, de Mines Paris Tech, d’Audencia Business School, de Kedge Business School, ou encore d’Esily. La liste des possibilités est multiple.

Comment choisir un Risk Manager freelance ?

Le Risk manager est un expert de haute voltige que peu d’entreprises peuvent s’offrir. En optant pour un profil freelance, les PME hésitent de moins en moins à faire appel à lui pour résoudre les problèmes de gestion des risques sur de courtes durées. Face à l’investissement important que leur intervention représente, il convient de choisir ces experts indépendants avec soin. La formation et l’expérience sont les deux principaux critères à évaluer.

L’analyse du curriculum vitae de vos candidats vous donnera un aperçu de son domaine de compétence. Le poids des entreprises dans lesquelles il est intervenu vous renseignera aussi sur son expertise et son talent. La notoriété de ce professionnel est dans tous les cas à scruter de près. Ce poste comporte en effet de lourdes responsabilités et une bonne réputation présage une mission menée de main de maître. Il faudra aussi déterminer si la communication avec lui est fluide.

Le métier de Risk manager est rare, complexe et très spécialisé. Il détient la lourde responsabilité de déjouer les risques et les menaces auxquels votre entreprise est confrontée. Il analyse les failles, anticipe les problèmes et propose des solutions efficaces et pérennes. Son profil doit donc être choisi avec soin pour répondre parfaitement à vos enjeux.